Vendredi 27 Novembre 2020
Annecy http://www.booked.net
+14°C
La restauration des hangars avance
Vie locale

La restauration des hangars avance

ven 18 Octobre 2019 - 09:57
Back to top

Claude Vernerey, adjoint au maire de Thise, peut se féliciter d’avoir sauvé un morceau du patrimoine du Doubs.

Depuis quelques mois, ça bouge autour des hangars de l’aérodrome de Thise. Classées aux Monuments historiques, les emblématiques structures métalliques rouillées font peau neuve.

es hangars de l’aérodrome de Thise n’étaient pas en bon état. Rouillées, trouées, menaçant de s’effondrer, les tôles de ces immenses bâtiments ne faisaient plus vraiment la fierté du village. « Je leur donnais une dizaine d’années avant de tomber pour de bon, explique Claude Vernerey, adjoint au maire de Thise qui suit les travaux. Un beau coup de vent aurait bien fini par faire tomber toute la structure. » Il fallait faire quelque chose pour préserver ces hangars, et l’équipe municipale s’y est attachée dès son élection en 2014.

Une architecture Eiffel

Il faut dire que ces deux hangars ne sont pas uniquement remarquables par leur taille. Ils représentent en fait tout un pan de l’histoire de l’ingénierie à la française : ces deux hangars demi-tonneau ont été construits en 1937 sur une architecture « Eiffel » qui intègre des poutrelles d’acier. Ayant résisté à la Seconde guerre mondiale, et aux mitraillages, les hangars sont désormais utilisés par les amateurs de la région (vol moteur, à voile, ULM, aéromodélisme, tous les types d’activités aériennes coexistent à Thise). Mais malheureusement, les structures de métal ont mal supporté le passage du temps. « Ici, on a un vrai souci d’écoulement de l’eau, explique Claude Vernerey. Le terrain est remarquablement plat, le sous-sol est de marne bleue, alors les hangars avaient souvent les pieds dans l’eau. Les piliers de soutènement étaient totalement rouillés. Pareillement, les chéneaux pour récolter les eaux de pluie n’étaient pas entretenus et sous dimensionnées, donc l’eau coulait sur les façades... »

Le drainage permettra un bon écoulement des eaux. Les hangars avaient souvent les pieds dans l’eau.

Sept entreprises sur le chantier

Il fallait restaurer les hangars de toute urgence. Surtout qu’ils avaient été classés aux Monuments historiques en 2007. « Quand c’est classé, la mairie ne peut pas détruire pour rebâtir, explique Claude. Il faut restaurer. » C’est en fin d’année 2018 que les travaux ont commencé avec le premier hangar. Les avions habituellement stockés ici ont dû déménager dans une structure provisoire installée à l’extérieur. Actuellement, les travaux commencent dans le second hangar. Au total ce sont sept entreprises qui se relaient sur cet énorme chantier : peinture, réfection de vitrage, menuiserie, charpente, électricité, pose des tôles du toit, assainissement... Le résultat devrait permettre aux hangars de vivre un siècle supplémentaire.

 

 

Une sacrée histoire de budget

La mairie de Thise, propriétaire des hangars, n’est pas seule pour gérer le budget colossal des travaux (2,9 millions d’euros). Puisque les hangars sont classés aux Monuments historiques, les partenaires institutionnels viennent en renfort : la Drac (Direction régionale des affaires culturelles), la Région, le Département et la communauté de communes ont participé au financement. Cependant, c’est bien la mairie qui avance tous les fonds et paie les entreprises. « Nous faisons ensuite les demandes de subventions, l’argent arrive un peu plus tard. » Au final, la commune supportera 600 000 euros sur le budget global. Une coquette somme pour une petite commune de 3000 habitants. A cela, il faut ajouter le montant de la TVA, versée par la commune et dont le montant lui sera reversé dans deux ans ! De quoi compliquer la gestion de la trésorerie municipale pour l’immédiat. Sans compter que les retards dans le lancement de la restauration a fait se télescoper ce projet avec un autre : une MARPA (Maison d’Accueil et de Résidence pour Personnes Agées) verra aussi prochainement le jour à Thise. Néanmoins des dons peuvent être faits à la fondation du patrimoine pour aider à la restauration.

 

Clément Pérot

Un avion sur le rond-point

C’était une idée un peu saugrenue de prime abord. Mais après tout, c’était aussi un juste clin d’oeil à l’histoire du lieu  : depuis début septembre, le rond-point sur la route reliant Chalèze à Roche-lez-Beaupré, à hauteur de Thise, est orné d’une structure métallique soutenant un avion de tourisme. A l’origine de l’idée : Roberto Cabriolu, vice-président de l’USACD (Union Sportive de l’Aéro Club du Doubs), qui voulait par ce biais remettre la lumière sur les hangars flambants neufs dont disposera prochainement son association. « Je voulais que le projet ait une dimension pédagogique également. » Roberto a ainsi trouvé un relais au lycée Raoul Follereau de Belfort où quelques élèves ont travaillé à la réalisation du mât qui soutient désormais l’avion. L’avion, lui, vient de la société Robin Aviation, basée à Dijon. « Il fallait voir l’état dans lequel il était, s’amuse Roberto. Il était à l’abandon depuis des dizaines d’années, avec un mètre d’herbes tout autour. » L’association l’a récupéré, déplacé, démonté, retapé, repeint, et il trône désormais dans un écrin le mettant à son avantage. Désormais, la vocation aéronautique de la plaine de Thise n’échappera plus à personne !