Mercredi 20 Janvier 2021
Annecy http://www.booked.net
+14°C
Nos forêts attaquées
Environnement

Nos forêts attaquées

dim 11 Août 2019 - 09:55
Back to top

Les massifs boisés subissent, depuis quelques années, des vagues de scolytes. Ces coléoptères asphyxient les arbres et les tuent. Une invasion accentuée par le réchauffement climatique et les sécheresses à répétition. La biodiversité s’avère une alliée indispensable dans ce combat.

Impossible de ne pas constater les dégâts des scolytes sur les forets. Même sans être spécialiste, les énormes taches marron sur les collines boisées témoignent d’un réel malaise. Les arbres meurent et sèchent sur place. Comme une épidémie, cette tendance se répand. En cause : des coléoptères, les scolytes, qui dévorent le cambium, cette partie qui se situe entre le tronc et l’écorce. Résultat, la sève ne peut plus circuler et l’arbre meurt d’asphyxie. Il faut alors le couper, et à la revente les prix du bois sont en chute libre. La conséquence de la surabondance de l’offre par rapport à la demande. De plus, les arbres sont coupés plus jeunes que prévu, et c’est toute la filière bois qui se trouve déstabilisée. « En janvier nous avions 350 000 m3 de bois scolyté estimés en Bourgogne Franche-Comté. Sur le territoire national, cela représente, sur la même période, plus d’un million de mètres cubes. Il faut que le marché puisse l’absorber » averti Camille Dion, conseiller spécialisé dans la forêt à la chambre d’agriculture du Doubs et du Territoire de Belfort.

Il existe plusieurs sortes de scolytes. « On parle de scolytes ou localement de bostryche, mais cela comporte une multitude d’espèces qui se ressemblent beaucoup. C’est un coléoptère de 1 à 5 millimètres » explique le technicien. Histoire de compliquer encore un peu plus le combat contre sa prolifération, ces différents insectes n’ont pas les mêmes goûts. Certains vont s’attaquer uniquement aux épicéas, d’autres aux sapins. Seuls les résineux auraient les préférences des scolytes ? Absolument pas, puisque même les feuillus sont concernés. Toutefois...

Jérémie Demay
Pour lire l'intégralité de l'article, achetez ce numéro (Version numérique)