Mercredi 20 Janvier 2021
Annecy http://www.booked.net
+14°C
Quand les clochers sont Comté
Terroir

Quand les clochers sont Comté

lun 3 Juin 2019 - 15:37
Back to top

Emblème de la région pour beaucoup, les clochers à l’impériale permettent de se plonger dans un contexte historique où se mêlent politique, religion, relations entre habitants, 
et bien sûr architecture.

Même depuis l’autoroute, les clochers comtois sont mis en avant. Des livres et des émissions en assurent la promotion. Pourtant, il faut appeler ces clochers non pas comtois, mais à l’impériale, ou même clochers porches. Ils ne sont pas forcément typiques de notre région puisqu’on en trouve également en Bourgogne, mais aussi ailleurs dans l’Est de la France. Pourtant, ces constructions ont une spécificité en Franche-Comté : leurs similitudes architecturales, leurs périodes de constructions, mais aussi leurs sources de financement. Pour mieux comprendre, il est nécessaire d’effectuer un retour en arrière. Plus précisément en cette fin de XVIIe siècle quand la Comté devient française. La paix relance l’économie et l’accroissement démographique. Le prix du bois explose, ce qui profite directement aux économies des villages. Le clergé pousse à la reconstruction des édifices religieux, le tout accompagné par une volonté royale de défendre la religion catholique contre les protestants.

Dans les églises traditionnelles, le bâtiment devait former une croix pour que, depuis le ciel, elle puisse être visible. Au milieu de cette croix, le clocher était installé. Or, les églises franc-comtoises ont un clocher porche. C’est-à-dire que la cloche était installée au-dessus de l’entrée. Si les compétences financières peuvent expliquer en partie cette situation, une autre raison n’est pas à négliger. En effet, si la période de paix après l’annexion de la Comté par le royaume de France a été bénéfique pour l’économie, elle a aussi permis un quasi-doublement de la démographie. Résultat, les villages s’étalaient plus dans l’espace. Or, la cloche rythme la vie, même en dehors des offices quotidiens. Et l’étirement des villages ne permettait pas à tous les habitants d’entendre la cloche. C’est pourquoi, il fallait en installer une plus grande et plus grosse, mais aussi plus lourde. Le poids était tel, que les clochers traditionnels n’auraient pas supporté cette masse. Résultat, le clocher porche se développe, car avec son aspect massif, peut largement supporter cette surcharge.

Mais d’où vient cette forme particulière de ces...

Jérémie Demay
Pour lire l'intégralité de l'article, achetez ce numéro (Version numérique)